Joueur chez Rogue, Odoamne livre ses impressions lors d’une entrevue. Je vous procure la plupart de ses réactions.

L’adaptation du player sur la mise à jour 12.14

Même si le manque de temps a engrangé du retard pour la définition des bons pick meta, la correction est de mise. C’est surtout le cas de la Sivir et Zeri.

Les matchs ont gagné en stabilité lors du training et sur la scène. Il faut demeurer plus vigilant avant les play-offs.

En fait, l’échec contre G2 Esports lors de la finale du précédent segment est relatif à la priorité de picks.

L’évolution de l’ambiance

Selon Odoamne, l’ambiance s’est révélée excellente. L’amélioration vient au fur et à mesure.

Au cours de la partie contre Excel, l’affiche est la bonne. Par contre l’échec contre BDS est du à un abandon suite à un mauvais dipe top.

En outre, la tension est palpable face à Vitality à cause des enjeux sur le seeding des play-offs.

A propos du classement du LEC

Cet été, le segment a subi davantage de serrage en termes de classement. En effet, la plupart des équipes ont manqué de régularité.

Ainsi, le classement est resté très restreint. Le Top 6 dispose d’équipes performantes même si le score semble indiquer le contraire.

Pour sa part, G 2 Esports a surmonté ces obstacles. Leur régularité a pris le dessus afin de les mener vers la victoire.

Les autres players sont en phase d’expérimentation. Les play-offs vont permettre de régler les écueils pour plusieurs équipes.

Les mises à jour sur la Faille en question

Concrètement, les équipes qui ont eu du mal lors des mises à jour sur la Faille ne parviennent pas à s’adapter avec facilité. Cela porte surtout sur les changements sur le Héraut de la Faille et les dragons.

Pour notre équipe, l’abandon fréquent du Héraut est devenu une évidence à cause du manque d’or comparativement aux plaques de tourelle. Par ailleurs, les objectifs neutres dotés de buffs ont amené à changer de macro game pour une meilleure adaptation au cours des phases clés.

Certes, le troisième drake est compliqué à éliminer. Ainsi, la manœuvre est plus complexe pour gagner en efficacité.

En fait, la recherche de la meilleure approche a gêné plusieurs équipes.

A propos du ratio classement/performance

En clair, le classement ne constitue pas le reflet des performances générales des équipes lors de l’entrainement.

Même en 2022, perdre plus de 20 parties en training en semaine n’empêche pas d’atteindre 2 -0 sur la scène.

Découvrez d’autres news ici

Crédit Photo : sportbusinessmag.com & dotesports.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.