Je vous présente une entité qui souhaite se démarquer face au monopole de l’ESL et du partage mesquin de l’écosystème. Zoom sur le projet Flashpoint qui en est encore à ses prémices dans l’e-sport.

Le point sur la situation actuelle

Flashpoint appartient à 8 clubs fatigués des stratégies du terrain CS : GO. Le projet s’avère ambitieux car il souhaite briser le plafond de verre.

En effet, les ligues fermées rattachées par un billet d’entrée payant portent sur plusieurs disciplines. Il faut retenir Overwatch League, CoD League, LEC, LCS, concernant League of Legends.

Counter-Strike abrite ESL Pro League. Malgré plusieurs types de formats, l’objectif demeure similaire. L’enjeu revient entre les mains d’un éditeur de jeu ou un organisateur de tournois.

Ils prennent en charge la production des championnats. De leur côté, les clubs proposent les joueurs, ont un droit de regard sur les décisions primordiales et bénéficient d’une partie des bénéfices obtenus par la ligue.

Pour plus de détails, consultez ceci.

Le bât qui blesse avec les éditeurs et les organisateurs

Normalement, le modèle doit se baser sur un cadre transparent avec une stabilité en termes de compétitions e-sport. Le partage est relatif pour parvenir au véritable « win-win » du partage des bénéfices.

Les bénéfices doivent être répartis idéalement entre les joueurs, les clubs, les organisateurs et les éditeurs. Malheureusement, les participants comme les clubs font face à un système pyramidal.

Dans ce cas, les structures recrutent les professionnels de l’e-sport. Ces derniers se retrouvent tout en bas de l’édifice et doivent se contenter des miettes.

Les ambitions de Flashpoint

Face à une telle injustice, Flashpoint est une ligue initiée et propriété  des clubs sur CS : GO sous une idée de Face It. Les résultats sont plutôt encourageants en matière d’audience et d’économie.

Flashpoint souhaite mettre les équipes en avant afin qu’elles soient les premières bénéficiaires.

Les premiers pas de Flashpoint

Le projet a demandé pour son développement le montant de 2 millions de dollars, pour chaque fondateur. Il faut citer la présence de Duncan « Thorin » Shields au titre de directeur créatif et animateur.

Christopher « MonteCristo » Mykles, Auguste « Semmler » Massonnat, Dan « DDK » Kapadia, James Bardolph , Freya Spices, font partie du casting des compétitions e-sport.

Flashpoint a pu réunir trois rosters danois. Il s’agit de MAD Lions, les ex-Heroic et Copenhagen Flames.

Il faut aussi compter sur Gen-G Esports et Fun Plus Phoenix du marché asiatique. Découvrez les essentiels de Flashpoint en lisant ce sujet.

Crédit Photo : linkedin.com & esportsinsider.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *